Vidéos Articles

13/02 : L’invité de Politique Matin sur LCP

13 février 2017 | Catégorie(s) : Dans les médias | Thème(s) :

J’étais ce matin l’invité de l’émission Politique Matin sur LCP. J’ai réagit à l’affaire « Penelope Gate » et à la déception de l’électorat de François Fillon. Je ne suis pas particulièrement contre le fait d’employer un membre de sa famille, tant que celui travaille effectivement. Cependant, pour éviter tous soupçons de népotisme, nous pourrions envisager une réglementation…

Europe 1 – 25/10 – L’invité d’Europe Nuit

25 octobre 2016 | Catégorie(s) : Dans les médias | Thème(s) :

J’étais hier soir l’invité de l’émission Europe Nuit sur Europe 1. J’ai répondu aux questions de Pierre de Vilno notamment sur l’activité des députés à l’Assemblée nationale et notamment sur l’absentéisme de certains députés.    

LCI – Newsroom – 05/07 : Pascal Cherki : « Nous souhaitons mettre en place une motion de censure de gauche »

6 juillet 2016 | Catégorie(s) : Dans les médias | Thème(s) :

Alors que le Premier Ministre a annoncé l’utilisation du 49-3 en seconde lecture du projet de loi travail, Pascal Cherki était hier l’invité de la Newsroom de LCI où il a maintenu sa position à l’encontre de la loi travail et son désir de réunir les 58 signatures nécessaire au dépôt d’une mention de censure.

Europe 1 – Europe Nuit 04/07 – Loi travail : « L’article 2 ne peut pas rester en l’état »

5 juillet 2016 | Catégorie(s) : Dans les médias | Thème(s) :

Retrouvez l’article sur www.europe1.fr >> Invité d’Europe Nuit, Pascal Cherki, député PS frondeur de Paris, s’est inquiété de la perspective d’un nouveau 49-3 à l’Assemblée pour faire passer la loi Travail. Le projet de loi El Khomri fait son grand retour en seconde lecture, mardi, à l’Assemblée. Avec la menace d’un nouveau recours au 49-3. « Le 49-3 serait…

LCP – Politique Matin 30/06 : « #loitravail, un compromis est possible si le Président le souhaite »

30 juin 2016 | Catégorie(s) : Dans les médias | Thème(s) :

Invité jeudi dans Politique matin, le député frondeur demande à François Hollande et Manuel Valls de laisser « le Parlement débattre », même si aucun compromis n’est trouvé sur le texte. « Respectez le peuple ! Vous n’êtes pas des monarques absolus ! », tacle-t-il.