Communiqué de presse suite aux annonces du Premier Ministre

Je découvre avec stupéfaction ce matin, l’annonce faite par le Premier Ministre dans les médias de supprimer la 1ère tranche de l’impôt sur le revenu à l’occasion du vote de la prochaine Loi de Finances.

Cette annonce témoigne d’une totale improvisation et d’une profonde désinvolture à l’égard de la représentation nationale.

En effet, la veille, le Premier ministre sollicitait la confiance des députés et leur dissimulait cet élément fondamental.

Ceci est d’autant plus inacceptable que la fixation de l’impôt est la prérogative principale attachée à l’exercice de la fonction parlementaire depuis qu’elle fût conquise de haute lutte par les représentants du peuple à l’encontre de la monarchie lors la révolution française. Lire la suite »

Vote de confiance

an

Notre déclaration du 16 septembre

Notre vote exprime des désaccords devant une politique économique et sociale qui ne réussit pas. Membres de la majorité, nous exprimons par notre abstention l’urgence de réorienter des choix essentiels. Ni efficaces, ni justes, ils s’éloignent des engagements pris devant le pays, et souvent, ces dernières semaines, des principes qui fondent notre ambition socialiste.

Un vote de confiance n’est pas l’appréciation des qualités d’un homme ou d’un discours, mais l’assentiment donné au gouvernement sur la mise en œuvre concrète de sa politique. Assumée depuis l’annonce du « pacte de responsabilité » amplifiant le CICE, confirmée malgré les sanctions électorales, cette politique se trouve encore rigidifiée depuis l’été. Le remaniement récent a rétréci les bases politiques du gouvernement. Lire la suite »

Interview JDD

logo-jdd

INTERVIEW – Le député socialiste de Paris Pascal Cherki, qui s’apprête à s’abstenir lors du vote de la confiance au gouvernement, explique son choix. Il réagit également à la décision de Manuel Valls de rejeter un soutien éventuel de Thomas Thévenoud, après ses déboires avec le fisc.  

Vous vous orientez toujours vers une abstention lors du vote de confiance mardi prochain. Pourquoi cette décision?
Les derniers chiffres le montrent : la politique que nous menons actuellement n’est pas en mesure de résoudre les difficultés du pays. C’est une politique qui est trop centrée sur l’offre, et de façon trop dispersée. Alors même qu’il faudrait recentrer les investissements sur l’industrie, pour en favoriser la montée en gamme. Elle ne soutient  pas le pouvoir d’achat des classes populaires et des classes moyennes, qui est pourtant un élément moteur de la croissance. Lire la suite »

Pascal Cherki - pascal-cherki.fr - 2012 - A propos - Creative Commons